{$fond.defaut.textAlt}

Accueil

Versailles fut, dès le XVIIème siècle, le berceau du métier de parfumeur tel qu'on le conçoit aujourd'hui. Afin de fournir aux souverains et à  la cour les produits les plus sophistiqués, les artisans ont longtemps rivalisé de génie pour créer fragrances, mais aussi sachets, gants et éventails parfumés qui constituaient des éléments obligés de la parure du courtisan. C'est sous le règne de Louis XIV que la parfumerie est élevée au rang d'art par Colbert.


Alors que le Roi Soleil est surnommé "le roi le plus fleurant du monde'', la cour de France sous Louis XV est rebaptisée "cour parfumée'' par ses voisines européennes. Sous le règne de Louis XVI, Marie-Antoinette  éprouve notamment une grande passion pour les senteurs florales (jasmin, rose, lys, violette...) qu'elle partage avec Jean-Louis Fargeon, le célèbre maître gantier-parfumeur, qui, en offrant à  la souveraine une paire de gants parfumés, lance une nouvelle mode et devient le parfumeur attitré de la famille royale.


Dans le sillon de cette singularité, Versailles accueille encore de nos jours deux établissements référents dans le domaine des parfums : I'ISIPCA (Institut Supérieur International du Parfum de la Cosmétique et de l'Aromatique Alimentaire) et l'Osmothèque : siège du Conservatoire mondial du parfum.